FORCE CONJOINTE G5 SAHEL: Les soldats de la Force Conjointe du G5 Sahel enrayent des actions de prédation des terroristes.

FORCE CONJOINTE G5 SAHEL: Les soldats de la Force Conjointe du G5 Sahel enrayent des actions de prédation des terroristes.

FORCE CONJOINTE DU G5 SAHEL

Communiqué de Presse

Niamey, le 13/01/2021

Dans la soirée du 05 janvier 2021, suite à des renseignements, les unités nigériennes et burkinabé de la Force Conjointe G5 Sahel(FC-G5S),en coordination avec les partenaires, ont repoussé des terroristes dans les villages de KOLMAN et de TAKABOUGOU.

Les unités nigériennes ont reçu l’information que des éléments des Groupes Armés Terroristes (GAT) ont fait irruption dans le village de KOLMAN. Alerté, le Poste de Commandement Conjoint (PCC) a aussitôt coordonné une intervention aérienne avec les partenaires de la FC-G5S.

Un premier avion de surveillance et de reconnaissance américain a survolé la zone avant d’être rejoint par deux avions de chasse français. Dans le même temps, les unités nigériennes de la FC-G5S étaient en route pour le village. A leur arrivée, elles ont constaté que les terroristes s’étaient déjà enfuis après avoir volé du bétail sans commettre d’exactions physiques sur la population.

Alors que les unités nigériennes de la FC-G5S rassuraient la population de KOLMAN, un chasseur français a signalé des coups de feu tirés à 40 km à l’Ouest, à la frontière avec le Burkina Faso. Suite à un renseignement, les unités burkinabè étaient en train d’intervenir dans le village de TAKABOUGOU alors que des terroristes tentaient de voler du bétail.

L’arrivée offensive des unités burkinabè a fait fuir les terroristes qui sont partis sans avoir pu commettre leur forfait.Ces événements ont démontré la forte capacité de coordination au sein de la FC-G5S ainsi qu’avec ses partenaires. Ils ont aussi mis en avant la relation de confiance entre la population et la FC-G5S, qui s’est confirmée lors de l’opération «Confiance durable» qui a été menée conjointement par les unités nigériennes et burkinabè le long de la frontière en décembre dernier.

Coronavirus : pour l'OMS, il faut désormais se préparer à d'autres pandémies Previous post Coronavirus : pour l'OMS, il faut désormais se préparer à d'autres pandémies "pires" que celle du Covid-19